Moûtiers

L’orgue Cavaillé-Coll de Moûtiers (1864)

2 claviers, pédalier, 14 jeux.

Visite du 9 mai 2017 :

IMG_0444

Dans la Cathédrale Saint-Pierre, c’est Jean-Paul Bergeri qui nous a présenté l’historique de l’orgue : on ne peut pas parler de Moûtiers sans évoquer les monastères qui ont contribué à l’essor de la ville (qui a compté une proportion de 200 moines pour 2000 habitants !) ; ces moines aimaient et enseignaient la musique. Dans la cathédrale à l’architecture composite, reflet des diverses époques de construction (un chœur et une abside romans de 1020, une nef classique du XVIIe, une partie gothique en façade), on avait installé un orgue sur une tribune exiguë du transept gauche. De cet instrument du XVIIe, on ne sait pas grand-chose.

IMG_0457

L’orgue actuel, placé sur une tribune de bois construite pour lui, fut commandé aux ateliers d’Aristide Cavaillé-Coll en 1863, après le rattachement de la Savoie à la France. A cette époque, A. Cavaillé-Coll, une référence dans le domaine de la facture d’orgue, avait déjà construit les grands orgues symphoniques parisiens (Ste Clotilde, St Sulpice…). Transformé par Mutin pour suivre l’évolution des goûts musicaux de l’époque, l’instrument a assuré sa fonction durant de longues années avant de montrer des signes de faiblesse : l’orgue a tout de même pu participer à la cérémonie pour les Jeux d’Albertville le 7 février 1992. Puis il fallut organiser une restauration, passant par un classement aux Monuments Historiques ; le choix fut fait de revenir à l’état d’origine de 1864 : l’orgue fut démonté, transporté dans les ateliers du facteur Bernard Hurvy à Nantes (2007). Mais avant de réintégrer sa place en tribune, il fallut attendre la fin des travaux de réfection de la cathédrale. Ce n’est qu’en 2012 que l’orgue Cavaillé-Coll de Moûtiers a pu être inauguré.

IMG_0452  Jean-Paul Bergeri à la console

Caractéristiques : une console face à la nef, un pédalier de seulement 20 notes (3 jeux), décalé au centre des claviers ; le premier clavier est le grand-orgue (5 jeux), le deuxième un récit expressif (6 jeux). Les organistes présents ont pu montrer un aperçu des possibilités de l’orgue et de ses jeux adaptés au répertoire romantique : improvisations, œuvres de Léon Boëllmann, César Franck, Charles-Marie Widor par Dominique Chalmin.

Ce contenu a été publié dans Moûtiers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Moûtiers

  1. Ping : Orgues de Tarentaise : Moûtiers et La Perrière | Orgue et Musique à Saint-Laurent d'Ugine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *